Jeux et Compagnie

Jeux traditionnels africains : les jeux des enfants d’Afrique

Jeux traditionnels africains

Les jeux pour enfants sont quelque chose d’international : tous les enfants du monde jouent. De plus, c’est très amusant de découvrir de nouveaux jeux et de savoir que d’autres enfants de cultures différentes de la nôtre s’amusent aussi de la même manière. Ci-dessous, découvrez quelques jeux traditionnels africains pour jouer en famille ou avec des enfants.

Les enfants de toute l’Afrique utilisent de nombreuses formes de divertissement du monde occidental, mais jouent toujours à des jeux traditionnels africains qui perdurent depuis des décennies. Les jeux suivants sont joués dans différentes parties du continent et peuvent être joués n’importe où. Jetez un coup d’œil aux jeux suivants et déterminez ceux qui pourraient être parfaits pour vos enfants, votre groupe d’enfants… ou l’enfant qui est en vous !

Jeux traditionnels africains : 10 jeux à tester avec vos enfants

Ampe (Ghana) : c’est un jeu simple mais énergique joué par les enfants d’âge scolaire. Il est originaire du Ghana et est également joué dans d’autres pays voisins. Il se joue à deux personnes ou plus et ne nécessite aucun équipement. Le “chef” et un autre joueur sautent en même temps, tapent dans les mains et lancent un pied en avant lorsqu’ils sautent. Si le chef et l’autre joueur ont le même pied en avant, le chef gagne un point. S’ils sont différents, l’autre joueur devient le “chef” et joue contre les joueurs restants. Si les joueurs sont en cercle, le chef se déplace le long de l’intérieur du cercle et joue contre chaque joueur à tour de rôle. S’ils sont alignés, le chef avance. Si seulement deux joueurs jouent, ils notent le score jusqu’à ce qu’un certain nombre de points détermine un gagnant.

Lagan Buri (Sénégal) : pour ce jeu traditionnel sénégalais, il faut 5 joueurs ou plus, un grand espace et un “Lagan”, qui est un mouchoir ou une écharpe, pour jouer. Choisissez une région pour être la base d’attache, et choisissez un joueur pour être le “cacheur”. Tous les autres joueurs se tiennent sur la base et se couvrent les yeux, Tandis que le “cacheur” cache un mouchoir. Lorsque le mouchoir est caché, le “cacheur” se déplace vers sa base d’origine et crie “Buri !” Les autres joueurs cherchent le Lagan (mouchoir). Le joueur qui le trouve essaie de toucher tous les autres joueurs avant qu’ils n’atteignent leur base. Une fois qu’un joueur a été touché, il est éliminé et doit s’asseoir à la base. Le jeu continue jusqu’à ce que tous les joueurs soient touchés. Ensuite, le joueur qui a trouvé le mouchoir touche la tête d’un des joueurs éliminés qui devient alors le “cacheur” et le jeu recommence.

Kudoda (Zimbabwe) : le but de ce jeu traditionnel africain est d’être le joueur qui a le plus de cailloux à la fin de la partie. Il vous faut un bol avec 20-30 cailloux (ou billes) et au moins trois joueurs. Les joueurs sont assis en cercle avec le bol de cailloux au milieu. Le premier joueur lance un caillou dans les airs (pas trop haut) et essaie de ramasser le plus de cailloux possible avant de le prendre. Après que chaque personne ait eu son tour et que tous les cailloux ont été pris, la personne avec le plus de cailloux en main gagne la partie de Kudoda.

Mbube Mbube (Afrique du Sud) : le but de ce jeu est qu’un mbube (lion) capture un impala (animal semblable à une antilope). Les joueurs forment un cercle autour de deux joueurs aux yeux bandés. L’un est le lion et l’autre l’impala. Faites-les tourner. Les joueurs du cercle appellent le lion, “mbube, mbube.” Au fur et à mesure que l’impala se rapproche du lion, les appels des joueurs deviennent plus forts et plus rapides. Lorsque le lion est loin, les appels deviennent plus doux et plus lents. Le lion a 1 minute pour attraper l’impala. S’il le fait, un nouvel impala est choisi. S’il ne le fait pas, un nouveau lion est choisi.

Poils d’animaux (Ghana) : c’est un des meilleurs jeux traditionnels africains, et il n’a pas besoin d’un grand espace. Même pour passer du temps à la maison, en voiture, en train ou en avion. L’un des joueurs est celui qui mène le jeu et les autres se tiennent autour du “meneur”. Pour commencer le jeu, il doit dire : “Le poil de tous les animaux” et tous les autres, d’un saut aussi rapide qu’ils le peuvent, doivent répondre : “Poil”. Puis le jeu commence : le meneur de jeu commencera à dire “Le poil de… (un animal)”. Si cet animal a de la fourrure, les autres doivent sauter le plus vite possible et crier : Poil ! Parfois, le meneur essaiera de tromper les autres en disant un animal qui n’a pas de poils et le joueur qui fait une erreur sera éliminé. Exemple : “Le poil du lion”. Tous les autres sautent et crient Poil ! Autre exemple : “Le poil de l’iguane”. Tout le monde doit se taire. Si quelqu’un saute et crie, il sera éliminé. Le jeu se terminera lorsqu’il ne restera plus qu’un joueur. S’il y a beaucoup de joueurs, on peut aussi accélérer le jeu en éliminant le dernier joueur qui saute et qui dit poil dans le cas où la réponse est positive pour un animal mentionné comme poilu.

Boa Constrictor (Ghana) : voici un autre jeu amusant joué au Ghana. Dans ce cas, vous avez besoin d’un bon espace pour courir, à l’extérieur et donc les plus petits en profitent pour faire de l’exercice tout en s’amusant. Tout d’abord, vous devrez dessiner un carré au sol avec un bâton si le sol est en terre ou à la craie s’il est en ciment. L’un des joueurs sera le Boa Constrictor et le carré que vous avez formé représente sa maison. Le Boa ne peut jamais être complètement hors de sa maison. Il peut sortir un bras, la moitié du corps, etc., mais un pied devra toujours être à l’intérieur du carré. Les autres joueurs seront ses proies et le Boa Constrictor doit pouvoir les “chasser” en touchant une partie de leur corps. Chaque fois qu’il touchera une proie, celle-ci rejoindra le boa de la main ou du bras et le boa s’allongera de plus en plus jusqu’à ce que tous les joueurs soient chassés sauf un, qui sera le vainqueur. La proie chassée peut être totalement à l’extérieur de la maison mais pas le Boa d’origine (il doit toujours avoir au moins un pied à l’intérieur). Le dernier joueur en jeu sera le Boa lors de la prochaine partie ou choisi un autre jeu dans cette liste de jeux traditionnels africains.

Mamba (Afrique australe) : voici un jeu un peu similaire au jeu du boa ci-dessus. Le mamba est un type de grand serpent africain d’Afrique australe. Il existe des mambas verts et des mambas noirs. Les deux sont toxiques. Un joueur est choisi comme mamba. Vous devez marquer au sol (avec un bâton ou à la craie) un grand carré (par exemple, 10×10 mètres pour 20 enfants). Tous les joueurs doivent rester à l’intérieur du carré, mais en essayant de s’éloigner du mamba. Au signal le jeu commence. Le serpent essaie d’attraper les joueurs. Lorsqu’un joueur est attrapé par le mamba, il le rejoint en se plaçant derrière lui, en saisissant ses épaules ou sa taille. Chaque nouveau joueur qui est touché par le serpent est ajouté au joueur précédent attrapé (ainsi, chaque fois que le mamba mange quelqu’un, il devient de plus en plus gros). Si un joueur quitte le carré, il est éliminé du jeu et restera en dehors de l’aire de jeu. Seule la “tête” du mamba peut saisir un joueur, mais elle peut utiliser son corps pour encercler un joueur et le piéger. Les joueurs ne peuvent pas traverser le corps du serpent. Le jeu se termine lorsque tous les joueurs sauf un ont été rattrapés. Le dernier joueur restant devient le prochain mamba et le jeu recommence.

Dinifri (Maroc) : dans ce jeu traditionnel marocain, il faut tracer un carré sur le sol mesurant au moins un mètre de côté. Des carrés plus petits sont dessinés dans le carré d’origine; un dans chaque coin et un au milieu. Traditionnellement, le jeu se joue avec cinq pierres plates, mais des blocs de bois ou tout ce qui peut être empilé les uns sur les autres fonctionne également. L’empilement se fait dans le carré central. Chaque équipe doit avoir un bâton et aura cinq chances de lancer le bâton pour renverser les pierres. S’ils réussissent, ils deviennent les attaquants et l’autre équipe devient les défenseurs. Les attaquants se précipitent d’abord sur la partie centrale pour rassembler les pierres, puis se précipitent vers les carrés d’angle, en plaçant une pierre dans chacun. S’ils atteignent cet objectif, ils gagnent. Cela semble facile, non ? Eh bien, pas complètement parce que pendant que les attaquants placent les pierres, les défenseurs peuvent lancer le bâton ! Un bâton en carton bien sûr ! Un attaquant est éliminé du jeu s’il est touché par le bâton. Si l’équipe en défense peut éliminer les cinq attaquants du jeu avant qu’ils placent leurs pierres dans chaque case, les défenseurs gagnent la partie ! Plus d’infos sur mon article consacré au Dinifri. Il existe une autre version de ce jeu populaire en Afrique, appelée Khamsa Hjira. Dans ce cas, une balle en caoutchouc souple est utilisée à la place du bâton (pour faire tomber les pierres et toucher les joueurs).

L’âne (Maroc) : voici un autre jeu traditionnel africain très amusant joué par les enfants berbères. Il nécessite de l’espace pour courir. Dans ce jeu, seuls deux joueurs sont nécessaires ou, s’il y en a plusieurs, formez deux équipes. Vous devez d’abord tracer une ligne au sol et les joueurs se placeront derrière. Chacun des joueurs aura une pierre, une bille ou une mini balle, et le premier devra la lancer le plus près possible de la ligne. La mission du deuxième joueur est de toucher la pierre (balle ou bille) de l’adversaire et de la déplacer d’où il l’a laissée. En cas de succès, le premier joueur devient un âne et doit faire un tour de piste avec le “gagnant” sur son dos. Sinon (si la pierre du premier joueur n’est pas touchée ou déplacée), les joueurs reprennent les pierres et le tour de lancer est modifié.

D’autres jeux de style “jeux de société” venant d’Afrique

Mancala (Kenya) : ce jeu a son origine dans l’Égypte ancienne et 14 trous ou carrés sont nécessaires, douze d’entre eux doivent apparaître au centre et deux aux extrémités. D’autre part, il y a généralement deux joueurs qui se partagent six trous au centre dans lesquels se trouvent plusieurs têtes de série. À tour de rôle, les joueurs prennent quatre graines dans l’une des cases qui leur correspondent et les placent dans d’autres qui sont dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. Ce jeu se termine lorsque toutes les cases d’un des joueurs sont vides et qu’il n’est plus possible de prendre de graines. Il existe de nombreuses variantes du mancala avec des noms comme wari, awale, adi, ti ou walu, et il est joué par les enfants du monde entier. Un des jeux traditionnels africains les plus connus.

Fanorona : un des jeux traditionnels africains qui a quelques similitudes avec les échecs. Vous avez besoin d’un plateau rempli de lignes avec 20 pions placés aux extrémités. Ces pions doivent être déplacés horizontalement et en diagonale d’avant en arrière. Les pions du joueur adverse doivent être éliminés dans la même ligne où ils se trouvent pour que cela soit valide. Ainsi, l’objectif est de détruire tous les pions de l’adversaire.

Morabaraba (Afrique du Sud) : voici un jeu de plateau traditionnel qui se joue à deux joueurs en Afrique du Sud et au Bostwana. Retrouvez les règles du Morabaraba et un plateau de jeu à imprimer sur cette page. Puis lancez-vous dans une partie !

Il existe de nombreux autres jeux traditionnels africains de style “jeux de société” ou “jeux de plateau”, découvrez-les sur cette page.

Print Friendly, PDF & Email
créer chasse au trésor