Jeux et Compagnie

5 secrets de supers parents

secrets de supers parents heureux

Voyez le rôle parental du point de vue de votre enfant afin de changer votre orientation et de voir le monde d’une nouvelle perspective. Au lieu de comprendre votre enfant à partir d’une position d’adulte, pensez et regardez le monde comme si vous étiez de leur âge et de leur taille.

Avoir une vue d’enfant sur le monde est quelque chose que je suis venu à développer au cours de mes années comme animatrice (et en tant que mère). Mais cela ne se fait pas forcément facilement : penser comme un enfant en bas âge signifie voir beaucoup de choses comme nouvelles, fascinantes, ou effrayantes; cela signifie n’avoir aucun sens réel du temps, et avoir une curiosité sans fin de la vie. Cela signifie ne pas savoir pourquoi les choses se produisent ou ce qui est arrivé avant. De toute évidence, le monde est différent de cette position. Mais voici ce que j’ai découvert… approcher le rôle parental du point de vue de votre enfant est la clé pour des enfants mieux éduqués, des parents plus heureux, et une vie familiale plus harmonieuse.

Voici cinq éléments essentiels de la parentalité que j’ai appris en regardant le monde du point de vue d’un enfant.

Restez proche, même quand c’est dur

Nos enfants ont besoin que nous restions à proximité, même lorsqu’ils nous poussent loin. Ils ont besoin que nous soyons stables quand ils vacillent. Ils ont besoin que nous restions calmes, même quand ils sont agités, bouleversés, ou simplement difficiles à gérer. Est-ce que cela signifie donner tout le temps ? Certainement pas. Mais cela signifie apprendre à accepter que nos enfants sont bons et parfois mauvais. Ils doivent savoir que nous les aimons encore, même quand ils ont du mal ou quand ils font des choses qui ne nous plaisent pas.

Vous êtes responsable

Parfois, les parents sont confus à ce sujet. Mais même les tout-petits ont besoin de limites, et ils se tournent vers nous pour être l’autorité et leur faire savoir quand arrêter. Une petite fille avec qui je travaillais, Capucine, a découvert une barre de serviette qu’elle pouvait atteindre dans la cuisine. Elle réussit à la saisir, et sa mère lui a dit doucement : « Ne tire pas sur cela », ça a marché au début, mais au fil du temps Capucine a regardé, puis tiré. “Capucine, ma chérie, tu sais que je t’ai dit de ne pas y toucher, tu risques de te blesser » lui a expliqué sa mère d’une voix raisonnable. C’est devenu un jeu, et ensuite Capucine a testé son pouvoir. « Je pensais que je devais être gentille et la soutenir tout le temps », m’a dit sa mère. « Je ne veux pas élever la voix. Je veux qu’elle puisse toujours compter sur moi ».

J’ai souvent entendu cette interprétation avec d’autres parents. Certains ont peur que leurs enfants se fâchent avec eux, et ils font tout pour essayer de l’empêcher de se produire. Mais les enfants ne peuvent pas apprendre à manipuler l’état de contrariété s’ils ne sont même pas autorisés à se vexer. En laissant votre enfant avec sa colère, il va apprendre (dans le temps) à gérer cette émotion. Tout aussi important, il apprendra que même s’il se fâche avec maman et papa, on prendra toujours soin de lui. Fixer des limites construit réellement la confiance des enfants.

Soyez cohérent

Être cohérent ne nécessite pas de rigidité. Pensez à la cohérence comme un cadre pour votre enfant, un cadre de « habituellement, nous faisons les choses de cette façon ». Par exemple : « J’entends l’eau du bain qui finit de couler, maintenant je prends un bain. Après le bain, je vais chercher mon pyjama sur le lit, puis nous lisons un livre ». Les routines ne sont pas des règles rigides. Je pense à elles plus comme de petits drapeaux oranges qui guident l’enfant dans la journée, l’empêchant de dévaler la piste.

Les enfants peuvent (et doivent) être extrêmement flexibles si une routine est cassée ou modifiée à l’occasion. Mais il faut du temps pour apprendre. En fait, chaque fois qu’il y a un changement de routine (par exemple, visiter les grands-parents pour le week-end) et que vous revenez plus tard à la routine régulière, votre enfant apprend à être flexible. Cela est particulièrement vrai lorsque vous reconnaissez et expliquez la perturbation : “Ce week-end, on n’a pas mangé dans la cuisine comme nous le faisons habituellement parce que grand-mère et grand-père étaient en visite. Mais maintenant nous sommes de retour à nos mêmes sièges à la table de la cuisine ». Le simple fait d’expliquer la raison derrière les changements aide votre enfant à mieux comprendre la situation.

Soyez réaliste

Il est facile de perdre la main sur ce qui est réaliste d’attendre d’un enfant. C’est super de voir des moments ou même des jours ou des semaines de progression : votre enfant de 2 ans qui ne demande pas sa tétine, votre enfant de 3 ans qui prend l’initiative de mettre ses chaussettes avant ses chaussures comme vous lui avez montré, ou votre enfant de 6 ans qui est prêt à quitter la maison sans protestation ni délai. Mais ces mêmes enfants ne sont pas toujours à la même tâche chaque jour (ou peut même ne vont pas être en mesure de le faire deux fois par jour !). Les enfants peuvent aussi faire des progrès dans un domaine (il fait enfin pipi sur le pot !) tout en revenant en arrière dans un autre (mais pourquoi se remet-il à pleurnicher pour ça ?).

Il y a des moments comme ceux-ci que vous devez vous rappeler pour savoir ce qui est vraiment réaliste d’attendre d’un enfant. Les régressions sont normales, en particulier avec les tout-petits. Chaque fois que votre enfant fait un pas en avant pour grandir (utiliser le pot, dormir dans un lit, commencer l’école, ou faire du toboggan tout seul sur l’aire de jeux), il va également se rappeler combien il a besoin de vous. Les enfants n’aiment pas se sentir complètement seuls (même s’ils agissent comme si !). C’est normal pour un grand bond en avant d’être accompagné par une certaine régression. Rappelez-vous ce qui est raisonnable d’attendre de votre petit.

Votre passé ne permet pas de prédire l’avenir de votre enfant

Rappelez-vous, nos enfants ne sont pas comme nous exactement, et n’ont certainement pas toujours une personnalité sage. En effet, de nombreux parents sont confus et frustrés quand ils constatent que leurs enfants sont nettement différents de tempérament et de personnalité. C’est particulièrement vrai lorsque notre enfant a une caractéristique ou un style que nous ne comprenons pas, ou que nous trouvons peu attrayante.

Rappelez-vous toujours que votre enfant n’est pas vous. Soyez conscient de vos propres expériences et attentes.

Votre passé n’a pas à prédire l’avenir de votre enfant.

ARTICLES SIMILAIRES

couverture 50 jeux newsletter

Inscrivez-vous et recevez mon LIVRET PDF DE 50 PETITS JEUX !

+ un jeu de communication rigolo.

+ un PDF de 200 coloriages à imprimer.

Print Friendly, PDF & Email

Suivez Jeux et Compagnie :

créer chasse au trésor